28.2.11

Profil bas...

Qui veut ma photo ? La photo d'indentité est bien souvent l'objet de détournement délibéré (ici un bien curieux effet passoire, réalisé avec la complicité involontaire du Monoprix Convention dans le 15e à Paris qu'il faut traverser de fond en comble pour atteindre la cabine de photomaton, le magasin aux accessoires étant libre, on a l'embarras du choix, emprunté temps de la prise de vue et remis en rayon aussitôt après, en toute discrétion). On rappellera pour mémoire l'ouvrage de référence  Photomaton de Raynal Pellicer aux éditions La Martinière, déjà cité dans un post du 31-01-11.



Moins drôle, la désynchronisation entre le sujet et la machine qui produit parfois de somptueux ratés. Qui n'en a pas fait la sinistre expérience ? N'allez pas essayer de les refourguer à un auxillaire de police. Depuis 2005, ça ne rigole plus dans les préfectures, plus question de sortir du cadre. Votre photo devra impérativement respecter un cahier des charges défini dans la circulaire ISO/IEC 19794-s : 2005 qui encadre le format, la couleur du fond, le port de tête, l'expression du visage, et le regard. Interdits le sourire en coin ou le regard coquin.

Qui eut cru que que dans les réseaux sociaux virtuels, ça ne rigolait pas non plus. Un danois en fait les frais sur Facebook. Le 17 février, il a en été exclu parce qu'il avait mis sur son profil une photo de l'Origine du monde de Gustave Courbet. Ce tableau peint en 1866 représente le sexe d'une femme allongée nue sur un lit, les cuisses écartées C.Q.F.D. Prenant cette info pour un canular, un membre de la rédaction de La Recherche réitéra à son tour l'expérience, et afficha sur son profil le Courbet contesté. 5 jours après son compte fut clotûré sans tambour ni trompettes, jurisprudence du pudiquement correct oblige ! Jacques Lacan (dernier propriétaire du tableau avant sa donation au Musée d'Orsay) se retourne-t-il dans sa tombe ? Nous n'en savions rien mais à contrario ceux qui voudraient disparaître de Facebook sauront dorénavant comment s'y prendre.

Aucun commentaire: