6.3.11

Que fait la police ?

Personne n'est parfait (suite). Cas d'école : François Roboth, collectionneur d'activités. Sa notice Wikipédia le présente comme journaliste, photographe, chroniqueur gastronomique et apothéose, secrétaire général de l'association amicale des amateurs d'andouillette. Ces photos sont connues des collectionneurs pour avoir servi à illustrer des pochettes de disques de Pierre Perret et de Thierry Le Luron. Celles qui nous intéressent ici sont d'une toute autre nature. En 68, notre gaillard âgé de 32 ans suivit les événements de mai, un Nikon à la main. Trois ans plus tard, les éditions Balland sortirent un bien curieux petit album rassemblant ses photographies, intitulé "22". C'est encore au marché aux livres anciens du parc Georges Brassens à Paris que j'ai mis la main dessus, intrigué par cette couverture qui ne ressemble à rien mais qui en dit long.
Je ne crois pas qu'elle figure en bonne place dans une anthologie du graphisme de cette période et pourtant elle le mériterait. Non pas par ces qualités esthétiques, mais plutôt par son force signifiante et son contenu subliminal qui ajoute du sens aux signes en permettant l'émergence dans sa totalité de l'expression argotique "22 v'là les flics" qui fait ou ne fait pas office de titre.


En dernière page de l'ouvrage figure une photo du Ministre de l'Intérieur et du préfet de police de l'époque Maurice Grimaud, l'occasion de rappeler à nos mémoires l'exceptionnel sang-froid de cet homme qui sut recadrer les forces de polices dont il avait la responsabilité et éviter une boucherie. Dans une lettre individuelle adressée à tous les policiers le 29 mai 1968, il redéfinit leurs missions dans le respect des principes républicains […] Frapper un manifestant tombé à terre, c'est se frapper soi-même en apparaissant sous un jour qui atteint toute la fonction policière. Il est encore plus grave de frapper des manifestants après arrestation et lorsqu'ils sont conduits dans des locaux de police pour y être interrogés. […].  68 est passé de mode, il y a pourtant des héritages, des conduites dont certains feraient bien de s'inspirer.

Lien. Back to typo. A tous ceux qui se casse la tête à reconnaitre une police, il existe un site : www.identifont.com  l'approche y est plus déductive que visuelle, mais bon nobody is perfect.






Aucun commentaire: